En France, environ 6 500 nouveaux cas de cancers de l’estomac sont diagnostiqués chaque année. Ce cancer entraîne près de 4 500 décès par an. Il est généralement diagnostiqué chez les plus de 50 ans et touche plus fréquemment la population masculine, avec 2 fois plus de cas chez les hommes que chez les femmes (source INCa).

La bactérie Helicobacter pylori :
Réel facteur de risque cancer

Dans 80% des cas, le cancer de l’estomac est dû à la bactérie Helicobacter pylori, qui colonise la muqueuse de l’estomac.

Cette infection s’acquiert dans l’enfance par transmission orale.

La bactérie Helicobacter pylori provoque une gastrite chronique chez la personne touchée (inflammation de l’estomac), qui persiste toute la vie si l’infection n’est pas traitée.

Le plus souvent, elle évolue sans symptôme particulier. Il peut parfois s’écouler 30 ans avant que les symptômes n’apparaissent !

L’infection par Helicobacter pylori toucherait 20 à 50 % de la population française.

Soyez vigilent face aux antécédents familiaux

Le risque cancer est plus important lorsqu’il existe des antécédents familiaux qui laissent supposer une tendance particulière aux ulcères et/ou aux cancers gastriques.

Des douleurs répétées au niveau de l’estomac sont des signes à prendre au sérieux, il est toujours utile d’en parler à son médecin.

Il est vivement recommandé aux enfants, frères et sœurs de personnes ayant eu un cancer de l’estomac, de faire la recherche de l’infection à Helicobacter pylori et de la traiter si nécessaire.

 

Comment savoir si je suis infecté(e) ?

Les méthodes de diagnostic de l’infection

Différents tests médicaux permettent d’avoir une photographie des bactéries présentes dans le tube digestif.

La fibroscopie de l’estomac :

Il s’agit d’un prélèvement d’un petit fragment de la paroi de l’estomac sous anesthésie locale. Elle permet une visualisation directe de l’intérieur de l’estomac. Durant les 6 heures précédant l’examen, il faut être à jeun (sans boire, ni manger) et ne pas avoir fumé.

Le test respiratoire à l’uréase :

Ce dernier se fait aisément au laboratoire d’analyses médicales : après avoir ingéré un liquide «révélateur », il suffit de souffler dans un tube. L’analyse de l’air expiré permettant de détecter indirectement la présence de l’Helicobacter pylori. Pour cet examen, il ne faut pas avoir pris de traitement antibiotique depuis au moins 4 semaines et avoir arrêté tout traitement contre l’acidité gastrique depuis au moins 2 semaines ; de plus, il faut aussi être à jeun depuis la veille au soir.

On peut ainsi rechercher des antigènes de Helicobacter pylori dans les selles ou rechercher des anticorps développés contre la bactérie par l’organisme en effectuant une sérologie réalisée à partir d’une prise de sang.

L’existence d’un traitement efficace

En cas de présence de cette bactérie, un traitement à base d’antibiotiques vous sera proposé, notamment en vue d’éviter de développer un cancer de l’estomac. Ce traitement dure généralement une à deux semaines et est très efficace.Une fois la bactérie éradiquée, la réinfection est rarissime. Le traitement peut donc être considéré comme définitif.