Qu’est-ce qu’une cigarette électronique?

La « cigarette électronique » ou « vapoteuse » se présente sous la forme d’un tube contenant une pile et ressemble à une véritable cigarette. La vapoteuse peut contenir une cartouche de nicotine liquide et du propylène-glycol. Le système d’atomiseur électronique propulse le mélange sous forme d’une fine vapeur blanche chargée de nicotine et inhalée par l’utilisateur. Lorsque l’utilisateur aspire, la cartouche insérée dans le tube libère sans combustion la nicotine qu’elle contient. Parfois,  une petite lampe rouge s’allume au bout pour mimer la braise incandescente.

Quelle réglementation pour la cigarette électronique en France?

Produit de consommation courante, la cigarette électronique échappe à la réglementation sur les médicaments et à celle sur les produits du tabac. La grande diversité de modèles rechargeables ou non, ainsi que celle de ses composants essentiels, rend variable et difficile le recensement des substances toxiques pouvant résulter de leur usage. La vapoteuse, avec ou sans nicotine, n’est pas un produit de consommation courante. Elle contient des produits toxiques et ses effets sur la santé ne sont pas encore connus. Elle ne peut être utilisée que sur une courte durée dans le cadre d’une démarche d’arrêt du tabac.

De nombreux articles et rapports soulignent cependant l’intérêt de la cigarette électronique en tant que réducteur des risques et des dommages du tabagisme. L’utilisation de l’e-cigarette seule, sans consommation de tabac fumé, est chez les fumeurs un outil de réduction des risques.

Les experts (rapport  coordonné par le Pr Dautzenberg) estiment que la cigarette électronique serait moins dangereuse que la cigarette conventionnelle et qu’elle peut contribuer à la réduction des risques pour les fumeurs qui n’arrivent pas à arrêter de fumer.

Le Haut Conseil de santé public (HCSP) a récemment estimé dans un rapport que l’e-cigarette peut constituer une aide pour arrêter ou réduire sa consommation de tabac. Néanmoins, la principale mise en garde du HCSP concerne le risque d’entrée en addiction nicotinique des adolescents et leur détournement vers le tabagisme.

 

En conclusion, nous pouvons noter que pour les fumeurs ayant envie d’arrêter, la vapoteuse est un outil de réduction des risques lorsqu’il amène au sevrage. Néanmoins, il est nécessaire de rester prudent étant donné que l’état actuel des connaissances relativement limité.

Des effets négatifs pourraient être à craindre notamment en direction des jeunes :

  • Risque important de renormalisation de la consommation de nicotine
  • Nouveau mode d’entrée dans le tabagisme