Cette année, le comité de Loire-Atlantique de la Ligue contre le cancer finance la recherche à hauteur de 669 000 euros. Elle est le premier financeur de la recherche en cancérologie du Grand Ouest.

 

La répartition des 669 000 € est la suivante :

  • 300 000 € pour les équipes de recherche du Grand Ouest
  • 232 000 € pour soutenir les jeunes chercheurs de Loire-Atlantique (doctorants)
  • 70 000 € pour le projet national de recherche épidémiologique
  • 37 000 € pour le projet national de recherche en sciences humaines et sociales
  • 30 000 € pour les programmes de recherche spécifiques aux cancers des enfants

 

32 équipes de recherche financées à hauteur de 300 000€

Depuis 2008, les 19 comités départementaux de la Ligue contre le cancer du Grand Ouest (régions Bretagne, Pays de la Loire, Centre Val de Loire et « ancienne » région Poitou-Charentes*) ont uni leurs forces pour mener une politique de financement commune de la recherche sur le cancer sur leur territoire. Pour ce faire, ils lancent conjointement, chaque année, un appel à projets à l’attention des chercheurs.

L’appel à projets 2019 (22 mars – 17 mai) a suscité le dépôt de 139 dossiers de candidature. Cent cinq projets de recherche ont été sélectionnés. L’ensemble des subventions accordées par les comités de la Ligue contre le cancer du Grand Ouest représente un montant total de 1 988 380 € (certains projets de recherche peuvent recevoir des subventions de plusieurs comités). La Ligue contre le cancer de Loire-Atlantique est le premier financeur du Grand Ouest à hauteur de 300 000 €.

  1. Martine Amiot (cancer de la moelle osseuse). Projet : étude de la tolérance aux protéines BH3-only dans le myélome multiple.
  2. Agnès Aubry Moreau (cancer de la moelle osseuse). Projet : étude dynamique de l’impact génomique de mutations du gène suppresseur de tumeur p53 induites par la technique de CRISPR/Cas9
  3. Nicolas Boisgerault (cancers thoraciques). Projet : nouvelles molécules d’immunothérapie multimodales vectorisées par virus oncolytiques.
  4. Édith Bonnely (cancer de la prostate). Projet : déterminer l’implication du récepteur nucléaire orphelin ERRa (Estrogen receptor related receptor alpha) dans les mécanismes de réponse à la radiothérapie dans le cancer de la prostate.
  5. Bénédicte Brounais-Le Royer (cancer des os pédiatrique). Projet : régulation transcriptionnelle dépendante de la B-caténine dans le développement tumoral primaire et métastatique des ostéosarcomes.
  6. Bertrand Castaing (cancer des os pédiatrique). Projet : recherche d’inhibiteurs de OGG1 et NEIL1 et applications connexes.
  7. Nicolas Chapelle (cancer digestif). Projet : GANGSTERS : GAstric caNcer Grows and Spreads Through the Enteric neRvous System.
  8. Olivier Coqueret (cancer du sein). Projet : rôle du facteur de transcription ChOP dans l’échappement à la sénescence.
  9. Isabelle Corre (cancer des os pédiatrique). Projet : rôle de la protéine Nucléoline dans la progression, la dissémination métastatique et la réponse aux traitements de l’ostéosarcome.
  10. Laurane Cottin (cancer du sang). Projet : intérêt de la mesure de la charge allélique de CALR au diagnostic et au cours du suivi des patients atteints de néoplasies myéloprolifératives mutées CALR.
  11. Fabrice Fleury (ADN et cancers). Projet : rôle des phosphorylations de Rad51 par c-Met dans la régulation de son activité et son interaction avec BRCA2.
  12. Jean-François Fonteneau (cancers thoraciques). Projet : immunothérapie oncolytique basée sur l’utilisation du vaccin de la rougeole.
  13. Delphine Fradin (cancer de la peau). Projet : investigation des micro-ARNs dans la polarisation des macrophages et la diffusion de leurs effets pro ou anti-tumoraux.
  14. Fabien Gautier (cancer du sein). Projet : étude de la dynamique de localisation de KRas dépendante de la Bcl-XL.
  15. Julie Gavard (cancer du cerveau). Projet : BREV : Biomarqueurs de Résistance dans les Vésicules Extracellulaires des tumeurs cérébrales de haut grade (BREV).
  16. François Guerard (radiothérapie). Projet : chimie bio-orthogonale pour la conception de nouveaux vecteurs bispécifiques de cibles tumorales.
  17. Christelle Harly (immunologie et cancer). Projet : génération de cellules lymphoïdes innées anti-tumorales.
  18. Sylvie Hermouet (cancer de la moelle osseuse). Projet : fonction des immunoglobulines monoclonales des MGUS et myélomes.
  19. Nathalie Labarrière (cancer de la peau). Projet : comparaison de l’efficacité anti-tumorale de lymphocytes T spécifiques de mélanomes déficients pour l’expression de TIGIT et/ou PD-1.
  20. François Lamoureux (cancer des os pédiatrique). Projet : rôle de KRASG12S dans la résistance aux inhibiteurs de protéines à bromodomaine BET dans l’ostéosarcome.
  21. François Lang (cancer de la peau). Projet : immunogénicité de peptides issus de la traduction de long ARN non codants de mélanome.
  22. Frédéric Lezot (cancer des os pédiatrique). Projet : iso-formes de l’homéoprotéine DLX4, définition de nouvelles cibles thérapeutiques majeures pour les tumeurs osseuses primitives.
  23. Erwan Mortier (cancer du sein). Projet : Exploration du Trafic IntraCellulaire CytoKINique en condition physiologique et pathologique : TRAICKIN
  24. Benjamin Ory (cancer des os pédiatrique). Projet : étude de l’hétérogénéité tumorale des ostéosarcomes au moyen de la localisation de super-enhancers à l’échelle de la cellule : prédisposition à la dissémination métastatique.
  25. François Paris (cancer du cerveau). Projet : implication du sécrétome des cellules endothéliales sénescentes dans la récurrence et l’agressivité des glioblastomes après radiothérapie.
  26. Christelle Retière (cancer de la moelle osseuse). Projet : marqueurs génétiques et moléculaires associés à l’efficacité des réponses cellulaires NK contre les leucémies aigües lymphoïdes et myéloïdes : identification de bons répondeurs.
  27. Audrey Rousseau (cancer du cerveau). Projet : caractérisation de nouveaux gènes de fusion dans les gliomes diffus de haut grade avec chromothripsie.
  28. Michel Samson (cancer du foie). Projet : caractérisation de la dynamique des points de contrôle et de régulation du système immunitaire au cours de la survenue du carcinome hépatocelullaire dans un modèle pré-clinique murin et chez l’homme.
  29. Emmanuel Scotet (cancer de la moelle osseuse). Projet : relation structure-fonction entre phosphoantigènes et butyrophilines CD277 en lien avec la réactivité des lymphocytes humains anti-tumoraux.
  30. Aurélien Serandour (cancer du cerveau). Projet : identification des régions régulatrices non-codantes impliquées dans l’acquisition de la résistance du GBM au témozolomide par analyse épigénomique.
  31. Frédérique Souaze (cancer du sein). Projet : influence des modifications métaboliques induites par les CAFs sur la résistance à la chimiothérapie des cellules de cancer du sein triple négatif : implication des protéines anti-apoptotiques.
  32. Franck Verrecchia (cancer des os pédiatrique). Projet : canaux Kv1.2 dans les sarcomes d’Ewing : nouvelle cible thérapeutique ?

232 000 € pour soutenir les jeunes chercheurs de Loire-Atlantique (doctorants)

Soutenir des chercheurs en début de carrière constitue l’une des priorités de la Ligue contre le cancer. Cela contribue à orienter de jeunes scientifiques à forts potentiels vers les disciplines de la recherche en cancérologie.

En 2020, le comité de Loire-Atlantique accorde 232 000 € d’allocations de recherche à 7 doctorants. Ces doctorants bénéficient d’un financement durant 3 ans.

Les 7 doctorants subventionnés :

  • Nina-Maya Belaid (cancer du sein). Projet : modulation de l’activité de l’oncogène Ras par BCL-xL : aspects mécanistiques et implications thérapeutiques.
  • Thomas Bonneaud (cancer du sein). Projet : caractérisation d’un stroma modifié (CAF) et de son impact sur la réponse thérapeutique des cellules du cancer du sein.
  • Amel Djoudi (cancer du cerveau). Projet : concevoir de nouvelles matrices nano-composites injectables composées d’hydrogels d’acide hyaluronique et de nanoparticules polymériques chargées en protéines thérapeutiques.
  • Mélanie Lavaud (cancer des os pédiatrique). Projet : rôle épigénétique des protéines à bromodomaines dans la dissémination métastatique des ostéosarcomes : influence de la localisation des Super-enhancers.
  • Clément Maghe (cancer du cerveau). Projet : homéostasie des organelles intracellulaires dans les tumeurs cérébrales.
  • Lucine Marotte (cancer de la peau). Projet : inactivation des gènes PDCD1 et TIGIT dans les lymphocytes T spécifiques de mélanome à visée de transfert adoptif.
  • Pauline Thomas (cancer du cerveau). Projet : immunothérapie T-CAR combinée à la radiothérapie des tumeurs cérébrales pédiatriques.

 

70 000 € pour le projet national de recherche en épidémiologie

L’épidémiologie étudie les facteurs influant sur l’incidence des maladies et la santé des populations. Appliquée au domaine du cancer, la recherche en épidémiologie permet l’identification des facteurs d’origine environnementale, comportementale, professionnelle ou encore génétique, susceptibles d’influer sur la survenue de la maladie.

La recherche en épidémiologie possède un intérêt majeur pour l’élaboration de politique de santé publique visant une meilleure prévention vis-à-vis des facteurs de risque évitables du cancer.

Véronique Sébille, directrice de l’unité de recherche SPHERE, mène un projet d’étude longitudinal des changements comportementaux, psychologiques et sociologiques après un cancer, à l’Inserm de Nantes.

70 000€ de subvention lui sont accordés pour la troisième année de recherche de ce projet, après expertise par la Ligue nationale contre le cancer.

 

37 000 € pour le projet national de recherche en sciences humaines et sociales

Basée, à Lille, Anne-Laure Samson mène un projet d’étude en sciences humaines et sociales.

Extrait : « Grâce à notre étude, notre objectif est d’être en mesure de fournir des recommandations aux pouvoirs publics en expliquant précisément les facteurs sur lesquels ils peuvent agir afin de diminuer les inégalités entre individus (liées à leurs caractéristiques économiques, sociales, et liées au territoire dans lequel ils vivent) pour l’accès au diagnostic du cancer, pour la prise ne charge (précoce) de la maladie et pour éviter les récidives de ce cancer. »

 

30 000 € pour les programmes de recherche spécifiques aux cancers des enfants

Depuis plus de quinze ans, les magasins E.Leclerc et leurs clients s’engagent auprès de la Ligue contre le cancer à travers l’opération « Tous unis contre le cancer ».

L’édition 2019 s’est déroulée du 15 au 31 mars dans 482 magasins. Elle a permis de récolter 1,3 millions d’euros dont 30 000 € dans 17 magasins de Loire-Atlantique.

Objectifs de « Tous unis contre le cancer » :

  • Permettre aux chercheurs de mieux comprendre l’apparition des cancers chez les enfants,
    les adolescents et les jeunes adultes ;
  • Permettre aux enfants et aux adolescents un meilleur accès aux thérapies innovantes ;
  • Préserver leur fertilité.