Arnaud Tessier, chercheur au CNRS de Nantes nous présente les travaux de l’équipe de Jean-Yves Douillard du Cancéropôle Grand-Ouest.

 

Au cours de ces dernières années, beaucoup de progrès ont été faits dans la médecine personnalisée et, actuellement, les diagnostics des patients atteints de cancer sont effectuées quotidiennement afin d’évaluer le type de maladie et ainsi de cibler spécifiquement les traitements anticancéreux appropriés. Le récepteur au facteur de croissance épidermique (EGFR) est exprimé sur de nombreuses tumeurs épithéliales humaines (Cancers colorectal et du poumon entre autres) et est utilisé comme cible thérapeutique par deux anticorps monoclonaux disponibles sur le marché. Cependant, un phénomène de résistance au traitement est apparu dans les cancers colorectaux et rend ainsi ces anticorps inefficaces dans les cas de cancers portant une mutation sur l’oncogène Kras.

L’objectif de ce projet est d’exploiter les propriétés thérapeutiques d’anticorps anti-EGFR associés à deux familles de glycosides stimulateurs du système immunitaire (glycolipide et oligosaccharide) pour une utilisation en thérapie contre les cancers exprimant l’EGFR.

Nous souhaitons élaborer des molécules actives associant l’Anticorps et le Glycoside immunostimulant qui devraient permettre d’accroître significativement la réponse immunitaire face au développement des tumeurs. Les propriétés de ciblage offertes par les anticorps d’une part et les capacités stimulatrices du système immunitaire par les glycosides d’autre part, devront permettre d’inhiber la croissance tumorale.

Différentes combinaisons d’anticorps et de glycosides seront ainsi évaluées contre le développement des cancers exprimant le récepteur EGF in vitro sur cellules humaines et in vivo chez la souris. Cette étude préliminaire sera réalisée en préambule d’une étude d’essais thérapeutiques précoces de phase I chez l’homme porteur de tumeurs exprimant l’EGFR dont les cancers colorectaux Kras mutés qui sont résistants aux anticorps seuls. Un partenaire industriel accompagne notre démarche. D’autres types de tumeurs humaines pourront également être testés puisque la majorité des carcinomes humains (Cancers de la prostate, du pancréas, de la tête et du cou…) exprime le récepteur EGF.

 

Ce projet correspond à la poursuite d’une collaboration dans le cadre du Cancéropôle Grand-Ouest entre équipes complémentaires de chimistes, d’immunologistes et de cliniciens.

Cette phase d’étude préliminaire a été soutenue par un financement ANR PCV (2008-2011) dont les résultats sont partiellement publiés (2 brevets et 7 publications).

Ce projet a été soutenu sous forme de 2 subventions recherche de la Ligue contre le Cancer en 2011-2012 et 2012-2013.