A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac (lundi 31 mai 2021), la Ligue contre le cancer publie les résultats de son étude (réalisée avec Ipsos) sur la présence du tabac dans les films français. Elle appelle à la responsabilité des pouvoirs publics et à l’engagement de l’industrie du cinéma pour mettre un terme au placement de produits orchestré par le lobby du tabac et à ses conséquences désastreuses pour la santé publique.

Voir la vidéo

Le tabac présent dans plus de 90% des films français

Depuis 2005, la Ligue a analysé, avec Ipsos, les placements de produits et la valorisation du tabagisme dans 450 films classés au box office. Celle année, elle dévoile la 3eme édition de son étude et les résultats du décryptage de plus de 150 films français entre 2015 et 2019. Elle a complété cette étude par un sondage inédit, mené en 2021 auprès des jeunes, cible prioritaire des industriels, pour mieux comprendre les perceptions et l’impact de cette exposition.

Le tabac est encore présent dans plus de 90% des films français. Une majorité de jeunes de 18 à 24 ans considèrent qu’il s’agit d’incitations au tabagisme (58%) et ont conscience du rôle des industriels du tabac (54%).

Sur les 150 films visionnés entre 2015 et 2019 :
  •  90,7% des films présentent au moins un événement (personne en train de fumer), un objet (cigarette, cendrier…), ou un discours (discussion autour du tabac),
  • 81,3% de ces événements sont des scènes de tabagisme (soit 12,7 scènes en moyenne) ; 70,7% des objets qui rappellent la consommation de tabac et 62% de discours dont 18,1% incitent à la consommation de tabac.
  • Le tabac est présent en moyenne 2,6 minutes à l’écran par film (soit 2,5% du temps d’un film), soit l’équivalent de 6 spots publicitaires par film en moyenne.
  • Augmentation forte de la présence de cannabis avec 8,6% des évènements fumés, soit deux fois plus que dans les volets précédents de l’étude.
  • Non-respect de l’interdiction de fumer dans les lieux accueillant du public en intérieur : la Ligue a constaté une forte augmentation du taux de fumeurs à l’intérieur des lieux de convivialité (cafés, restaurants…). 21,5% des scènes de tabagisme ont lieu dans un lieu de travail, un bureau, 16,6% dans un café, restaurant ou discothèque soit plus de 38% des évènements de tabagisme en infraction.

Un effet sur la consommation de tabac des jeunes

  • 58% des jeunes interrogés début 2021 pensent que la présence de tabac à l’écran peut inciter à fumer (19% tout à fait d’accord, 39% plutôt d’accord).
  • 72% des ex-fumeurs trouvent que les images de tabagisme à l’écran incitent à reprendre la consommation de tabac.
  • 60% des fumeurs réguliers estiment que le tabagisme dans les films leur donne envie de fumer.

Dénormaliser le tabac, un combat essentiel

Parce que le cancer est la première cause de mortalité en France et que le tabagisme demeure la première cause de cancers évitables, la Ligue a entrepris, dès 2005, un combat acharné pour dénormaliser sa consommation et milite pour faire de la jeune génération une génération sans tabac.

« Nous devons résister face à une industrie du tabac redoutable qui utilise sa force de frappe et ses stratégies pernicieuses pour déployer des campagnes aussi agressives qu’insidieuses auprès des plus jeunes. Il est impératif de stopper cette manipulation et de l’exposer aux yeux de tous, il faut continuer à dénoncer les puissants lobbies du tabac qui n’hésitent pas à apporter des financements pour voir leurs produits apparaître à l’écran, de façon plus ou moins directe. Sans scrupule, ils parviennent à contourner la loi. Cela est inadmissible ! » souligne Axel Khan, président de la Ligue contre le cancer.