Le tabac et la santé pulmonaire

 

Chaque année, le 31 mai, La Ligue contre le cancer célèbre la Journée mondiale sans tabac portée par l’OMS. En 2019, celle-ci aura pour thème : « Le tabac et la santé pulmonaire ».

Cette campagne  a pour objectif de sensibiliser davantage aux aspects suivants:

  • l’effet négatif que le tabac a sur la santé pulmonaire, allant du cancer aux maladies respiratoires chroniques.
  • le rôle fondamental des poumons dans la santé et le bien-être de tous.

La campagne sert aussi d’appel à l’action, en plaidant pour des politiques efficaces visant à réduire la consommation du tabac, et en engageant les parties prenantes dans de multiples secteurs à agir pour la lutte antitabac.

Objectifs de la campagne de la Journée mondiale sans tabac 2019

La mesure la plus efficace pour améliorer la santé pulmonaire consiste à réduire le tabagisme et l’exposition à la fumée des autres.

Dans certains pays, de grandes parties de la population, notamment les fumeurs, connaissent mal les conséquences du tabagisme ou de l’exposition à la fumée des autres sur la santé pulmonaire. Malgré des données convaincantes sur les effets nocifs du tabac pour les poumons, on continue de sous-estimer le potentiel de la lutte pour améliorer la santé pulmonaire.

La campagne de la Journée mondiale sans tabac 2019 a pour objectif de sensibiliser aux points suivants:

  • risques posés par le tabagisme et l’exposition à la fumée des autres;
  • connaissance des dangers particuliers du tabagisme pour la santé pulmonaire;
  • ampleur mondiale de la mortalité et de la morbidité dues aux maladies pulmonaires provoquées par le tabac, notamment les maladies respiratoires chroniques et le cancer du poumon;
  • nouvelles données sur le lien entre le tabagisme et les décès dus à la tuberculose;
  • implications du tabagisme passif pour la santé pulmonaire dans tous les groupes d’âge;
  • importance de la santé pulmonaire pour la santé et le bien-être en général;
  • actions et mesures faisables que les principaux publics, parmi lesquels le grand public et les gouvernements, peuvent décider pour réduire les risques posés par le tabac à la santé pulmonaire.

 

(Source Institut national du cancer)