Défi de janvier 2022 : et si vous faisiez une pause dans votre consommation d’alcool ?

Et si, pour bien démarrer l’année 2022, vous releviez le Défi de janvier ?Également appelé le Dry January, il consiste à ne pas boire d’alcool pendant un mois et rejoindre une communauté de plusieurs millions de personnes qui vont changer ensemble leur rapport à l’alcool. À la clé : de multiples bénéfices.

La Ligue contre le cancer vous invite à relever le Défi

►►► Télécharger l’application officielle Try Dry

►►► Télécharger le Flyer-Dry-January-2022

 

Les effets bénéfiques d’une pause dans la consommation d’alcool

 

Dry January est à l’origine une expérience anglaise. Alcohol Change UK l’a lancé en 2013 et depuis, les chercheurs en ont évalué les effets bénéfiques sur plusieurs millions de personnes. Les bénéfices sont :

  • Une peau fraiche et plus belle
  • Un sommeil amélioré, donc plus d’énergie
  • Une perte de poids
  • Une économie d’argent
  • Une meilleure santé puisque l’arrêt durant un mois fait un bien considérable au corps
  • Un merveilleux sentiment de victoire et de fierté

Preuve que l’alcool n’est pas un produit anodin…

Un challenge positif, personnel

Contrairement au mois sans tabac dont le but est d’inciter à l’arrêt du tabac, le Défi de janvier ne prône pas l’abstinence mais une pause, une non-consommation d’alcool pendant un mois.

Il s’agit d’un challenge positif, motivant, personnel que l’on fait seul ou avec un groupe d’amis.

Il faut seulement quelques semaines pour casser une habitude et s’engager dans un rapport plus modéré, plus sain à sa consommation d’alcool à long terme.

La liberté est de ne pas être dépendant. L’objectif du Défi de janvier est de s’auto-évaluer !

Au cours du mois, se questionner :

  • Comment suis-je pendant cette période ?
  • Comment mon entourage réagit ?
  • Quelles alternatives de consommation ai-je trouvé ?

En cas d’écart, il ne faut pas arrêter le Défi de janvier mais poursuivre en considérant que cela doit servir à comprendre la place qu’occupe l’alcool dans la société ; se questionner sur la volonté, sa vulnérabilité ; la pression sociale.

La crise sanitaire accentue la consommation d’alcool

Selon une enquête menée par BVA pour la Ligue contre le cancer (décembre 2021) :

  • 31% des Français ont une consommation d’alcool excessive
  • 17% boivent davantage depuis la crise sanitaire

La Ligue contre le cancer dresse un constat préoccupant : la consommation d’alcool est largement banalisée en France. Les jeunes sont particulièrement exposés : 78% d’entre eux déclarent boire de l’alcool et 45% consomment au-delà des recommandations.

Repères de consommation

En dehors du Défi de janvier, pour réduire les risques, il est recommandé de limiter sa consommation à maximum 2 verres par jour et pas tous les jours soit :

►►► pas plus de 10 verres par semaine avec 2 jours d’abstinence.

Voir en vidéo : Les risques de l’alcool sur la santé | Brut.

L’alcool, 2e facteur de risque de cancer

L’alcool est le deuxième facteur de risque de cancer évitable après le tabac. Il provoque 16 000 décès par an en France.

Dès le premier verre (d’une seule boisson alcoolisée par jour), il existe un risque plus élevé de cancer du / de :

  • Sein
  • Bouche
  • Gorge
  • Oesophage
  • Estomac
  • Colon et du rectum…

s