Quelques chiffres

Depuis 40 ans, on observe une hausse continue du nombre de nouveaux cas de mélanome. L’exposition aux rayonnements UV (Ultraviolets) – en partie dû à la mode de la peau bronzée, plages, soleil, cabines de bronzage – est le principal facteur de risque évitable de ce cancer.

En France

En 2012, le nombre de nouveaux cas estimés de mélanome cutané était de 11 176 (5 429 hommes et 5 747 femmes).

nouveaux cas 2012

 

Source : Les cancers en France en 2014

Toujours pour 2012, le nombre de décès par mélanome cutané était estimé à 1 672 (954 hommes et 718 femmes).

Survie nette (c’est-à-dire celle qu’on observerait si la seule cause de décès des personnes atteintes de cancer était le cancer) en 2008 :

  • Globale : 85 % à 5 ans, 80 % à 10 ans.
  • Chez les hommes : 82 % à 5 ans, 76 % à 10 ans.
  • Chez les femmes : 88 % à 5 ans, 83 % à 10 ans.

En Loire Atlantique

Les derniers chiffres parus pour la période 2010-2012 indiquent 309 nouveaux cas de mélanome de la peau en Loire-Atlantique.

Chez les femmes de 15-44 ans il est le 3ème cancer le plus répandu, chez les hommes, il est le 2ème.

Le mélanome est le cancer de la peau le plus grave. C’est pourquoi il est nécessaire de surveiller sa peau. Détecté tôt, il peut être guéri mais ce dernier évolue vite à des stades métastasiques. En cas de diagnostic tardif, les traitements existants sont moins efficaces.

Les personnes à risque

Bien que tout le monde soit concerné par le mélanome, certaines personnes sont plus concernées par le surveiller plus particulièrement ;

  • Les personnes aux peaux claires, cheveux blonds et roux, dont la peau bronze difficilement,
  • Les personnes avec de nombreuses taches de rousseur,
  • Les personnes avec de nombreux grains de beauté (plus de 40),
  • Les grains de beauté larges (plus de 5mm) et irréguliers,
  • Si un ou plusieurs membres de votre famille ont déjà eu un mélanome,
  • Si vous avez été victime de coups de soleil sévères pendant l’enfance et l’adolescence,
  • Si vous avez vécu longtemps dans un pays de forte exposition solaire,
  • Si vous êtes régulièrement exposé au soleil et intensément (profession ou activité de loisir).

Pour vous aider à trouver votre phototype, nous vous invitons à consulter [insérer lien ou image]

Surveillez votre peau

Lorsque vous observez votre peau, certains signes doivent vous alerter.

Trois éléments peuvent vous aider à faire la différence entre un grain de beauté bénin et un mélanome ;

  1. Cherchez le grain de beauté différent des autres
  2. Surveillez le changement ; une nouvelle tâche brune qui apparaît, un grain de beauté qui change rapidement d’apparence
  3. Utilisez la règle ABCDE, présentée dans notre brochure « Les cancers de la peau« .

Les signes ci-dessus n’indiquent pas forcément un mélanome, mais si vous en observez, prenez rendez-vous avec votre médecin traitant ou dermatologue.

Si vous faites partie des personnes « à risque », prenez rendez-vous avec votre dermatologue pour qu’il puisse vous former à la pratique de l’auto-examen

Le dépistage du mélanome est un examen simple et indolore. N’hésitez pas à consulter. Si au moment de la consultation le professionnel repère une anomalie il vous proposera soit de la surveiller, soit de la retirer sous anesthésie locale et de la faire analyser.

Si vous repérez un ou plusieurs des signes cités ci-dessus, prenez rendez-vous avec votre médecin qui vous orienterez vers votre dermatologue si cela est nécessaire. Ces signes n’indiquent pas forcément la présence d’un mélanome mais il est important de suivre l’anomalie au cas où il y aurait une évolution.

Il existe aussi d’autres types de cancers de la peau. Appelés carcinomes, ils sont plus fréquents mais aussi plus facilement guérissables. Malgré ça, s’ils ne sont pas traités à temps ils peuvent se développer à des stades sérieux. Les carcinomes apparaissent le plus souvent après 50 ans et sur les parties découvertes du corps (visage, cou, épaules, avant-bras, mains…)

« Une plaie qui ne cicatrise pas, un bouton ou une croûte qui persiste et se modifie doivent vous conduire à demander un avis médical. »