Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum.
Il est aujourd’hui, avec plus de 43 000 nouveaux cas estimés en 2015, le 3ème cancer le plus fréquent en France et le deuxième en termes de mortalité après le cancer du poumon.
En France, le cancer colorectal a tué 17 500 personnes en 2015.
Ce cancer est l’un des plus fréquents et touche 4 hommes sur 100 et 3 femmes sur 100, le plus souvent après l’âge de 50 ans.
Pourtant, lorsqu’il est détecté à un stade précoce, il se guérit dans 90% des cas.
Le cancer colorectal évolue souvent sans symptôme ou signe avant-coureur. La seule façon de le détecter est le dépistage. Dans 95% des cas, ce cancer survient après l’âge de 50 ans. C’est pour cette raison que le test de dépistage organisé est proposé aux personnes âgées de 50 à 74 ans.
Au niveau national, le taux de participation s’élève à moins de 30%. En Loire-Atlantique, il monte à 40% (données de 2014).

Le cancer colorectal, dépister pour mieux soigner !

LE TEST IMMUNOLOGIQUE

Depuis 2009, les pouvoirs publics ont mis en place un programme national de dépistage organisé du cancer colorectal. Il est géré au niveau de chaque département par des structures en charge de l’organisation des dépistages. En Loire-Atlantique, c’est Cap Santé plus 44 qui en est responsable.
Ce programme offre à toutes les personnes de 50 à 74 ans, la possibilité de réaliser un test de recherche de sans occulte dans les selles.
Le test immunologique de dépistage est aujourd’hui le moyen le plus efficace pour agir
contre le cancer colorectal. En 2015, ce nouveau test plus performant et plus fiable a remplacé définitivement le test « au Gaïac » (aussi connu sous le nom de« Hemoccult 2 »).
Si vous avez entre 50 et 74 ans, un courrier vous est envoyé tous les deux ans à votre domicile pour vous inviter à retirer votre test chez votre médecin traitant. Le test et son analyse sont pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie, et sans avance de frais de votre part.
Si vous n’avez pas reçu cette lettre, renseignez-vous auprès de Cap Santé Plus 44 au 02 51 79 80 20.
Votre médecin détermine avec vous, selon vos antécédents, si ce test est approprié à votre situation personnelle. Si vous n’avez pas d’antécédents familiaux de cancer colorectal ou de maladies du côlon, il vous explique comment l’utiliser et vous le remet.

Un test, simple et rapide, à faire chez vous.

Il permet de prélever de façon très hygiénique, un seul échantillon de vos selles grâce à une tige à replacer dans un petit tube hermétique.

Vous devez compléter la fiche de renseignements et coller les étiquettes fournies sur votre courrier d’invitation sur les espaces prévus à cet effet ainsi que sur le tube de prélèvement. Vous placez le tout dans une enveloppe T fournie avec le kit qui devra être postée dans les plus brefs délais. Votre prélèvement sera ensuite analysé, il s’agira de rechercher des traces du sang humain dans vos selles.
Les résultats vous seront envoyés par courrier ainsi qu’à votre médecin traitant.

Dans 96% des cas, les résultats des tests sont négatifs : Rien à signaler !

N’oubliez pas de refaire le test tous les deux ans ! Cependant, n’attendez pas le délai de deux ans pour aller consulter votre médecin traitant si vous rencontrez certains signes anormaux.

Ceux-ci doivent vous alerter :

  • Présence de sang dans les selles
  • Troubles du transit d’apparition récente
  • Douleurs abdominales inexpliquées et d’apparition récente
  • Amaigrissement inexpliqué

Dans 4% des cas, les résultats des tests sont positifs

Cela ne signifie pas forcément que vous avez un cancer, mais que du sang a été détecté dans vos selles. Pour savoir d’où vient ce sang, votre médecin vous adressera à un médecin spécialiste appelé « gastro-entérologue » afin qu’il réalise une coloscopie.

QU’EST-CE QUE LA COLOSCOPIE ?

Cet examen se déroule le plus souvent sous anesthésie générale (l’anesthésie locale est possible mais moins courante en raison de l’inconfort de l’examen). Il consiste à introduire une petite caméra introduite par le rectum pour remonter ensuite le long du côlon afin de déceler la présence d’éventuels polypes (aussi appelés « adénomes », ce sont des excroissances de cellules fibreuses sur la muqueuse du côlon) et de les retirer avant qu’ils n’évoluent en cancer.
Dans ce cas (test positif suivi d’une coloscopie), vous n’êtes plus éligible au programme de dépistage organisé, soit pour une durée de 5 ans, soit définitivement (vous rentrez alors dans un cycle de surveillance individualisée).

Pour en savoir plus: